Pleins feux sur Marc Serpa Francoeur et Robinder Uppal

CE BULLETIN EST
COMMANDITÉ PAR

 

CI-HAUT: Robinder Uppal (à gauche); Marc Serpa Francoeur (à droite)
Photographié par Darren Calabrese

PLEINS FEUX SUR...

Marc Serpa Francoeur et Robinder Uppal

Boardwalk Músico (2015)

Notre rubrique Pleins Feux de février fait le portrait du duo de cinéastes derrière Lost Time Media, Marc Serpa Francoeur du chapitre de Toronto et Robinder Uppal de celui de l’Alberta.

 

Peu après leur installation à Toronto en 2011, dans le quartier de Bloocourt, Marc Serpa Francoeur et Robinder Uppal ont trouvé un sujet de documentaire littéralement sur le pas de leur porte. Ils se sont intéressés aux histoires qu’ils entendaient dans les nombreux restaurants et boutiques caractéristiques du quartier, tenus par des immigrants. Ces histoires ont finalement donné The World in Ten Blocks, un documentaire interactif qui conduit le spectateur derrière les comptoirs et jusque dans les cuisines de dix commerces du quartier. Pour les réalisateurs, l’intérêt du projet était autant dans la rencontre avec leurs personnages que l’exploration d’un nouveau format documentaire. « Mais aussi, simplement parce que c’était là où nous vivions », dit Marc, expliquant que cette proximité leur a permis un regard en profondeur sur leurs personnages, ils ont appris à les connaître. 

Bien que Marc Serpa Francoeur et Robinder Uppal habitent désormais dans deux villes différentes – ils sont actuellement tous deux aux États-Unis – leur collaboration conserve un cachet artisanal. Ils ont grandi ensemble à Calgary et ont coréalisé leur premier film pour un travail d’école au secondaire. Durant leurs baccalauréats à Vancouver, ils ont fait un voyage en Inde où ils ont réalisé sur le vif un court documentaire. Ils ont tous deux étudié l’écriture de scénario, mais ont vite bifurqué vers le documentaire. Quelques années plus tard, ils se sont inscrits à l’Université Ryerson, au programme de maîtrise en média documentaire et ont poursuivi leur collaboration créative. The World in Ten Blocks était au départ leur projet de thèse commun. 

Les cinéastes croient que leur association bénéficie de leurs qualités individuelles complémentaires. Robinder Uppal aime affronter les questions techniques, comme le tournage par exemple, ou pour Ten Blocks, apprendre un langage de programmation de A à Z. Marc Serpa Francoeur pour sa part s’intéresse plus particulièrement à la narrativité. Comme dans tout partenariat artistique, il y a parfois des disputes, mais Robinder affirme qu’elles sont habituellement constructives. « D’une certaine façon, nous sommes davantage comme une famille que seulement des amis. Nous sommes ensemble, que nous le voulions ou non, » dit-il.

The World in Ten Blocks (2016)

Quand Marc Serpa Francoeur ou Robinder Uppal réalise seul, l’autre devient producteur. Leurs projets solos récents puisaient aussi dans leur voisinage. Pour The Royal Women Association (2015), Robinder filmait sa mère, retraçant son passé et son divorce tout autant que sa participation à une association créative pour femmes pendjabi de Calgary. Marc Serpa Francoeur est en train de réaliser The Head and the Hand, un court documentaire sur la région d’origine de sa mère, les îles Açores du Portugal. Le film fait le portrait de l’amitié solide de deux femmes sur plus d’un demi-siècle. La première est quadriplégique et la seconde souffre de déficience intellectuelle, mais ensemble, elles sont autonomes.

The World in Ten Blocks (2016)

La transition vers les oeuvres interactives.

« Nous sommes tous les deux enfants d‘immigrants et je pense que cela donne une touche particulière à notre approche », dit Robinder. « Je peux à peine figurer à quel point c’est difficile pour des gens de faire tous ces sacrifices pour les générations futures, pour ceux qui ne sont pas encore nés. »

C’est cette attention aux questions de l’immigration qui a également nourri la transition vers les œuvres interactives. Alors qu’ils sont stimulés par l’innovation et le potentiel de cette nouvelle forme, leur enthousiasme est toujours motivé par le sens pratique : trouver la meilleure structure pour raconter leur histoire. The World in Ten Blocks a d’abord été un court film avec une narration linéaire, mais le nombre de trames narratives convenait à une plateforme en ligne. « Cela n’aurait pas donné un film captivant, » dit Marc, « Et croyez-moi, nous avons essayé. Il existe une façon appropriée de raconter ces histoires, même si elles ne sont qu’en petites pièces, faciles à absorber. Mais cela permet aussi de comprendre la géographie du secteur. »

Marc Serpa Francoeur et Robinder Uppal travaillent à la création de la composante numérique du prochain documentaire de Rama Rau, The League of Exotic Dancers, sur les légendes du burlesque. Produit par Storyline Entertainment, les éléments en ligne incluent des archives personnelles des danseuses. Conçues en compléments du long métrage de Rama Rau, ces images nous inviteront à nous asseoir avec une danseuse pour feuilleter son album de photos. « Le film et son volet interactif proposeront deux expériences documentaires distinctes qui toucheront le public chacune à leur façon, tout en s’enrichissant mutuellement, » dit Robinder.

The World in Ten Blocks et la composante numérique pour The League of Exotic Dancers seront visibles ce printemps. Pour en apprendre davantage sur Marc Serpa Francoeur et Robinder Uppal, visitez le www.losttimemedia.com.