Teresa MacInnes

Teresa MacInnes

ce bulletin est
commandité par

Front Row Insurance Brokers Inc.Vistek: The Visual Technology People

bravoFACTUAL

ABOVE: Teresa MacInnes lors du tournage de Mabel (2016)
Photo de: Shirley Robb

Pleins Feux Sur...

Teresa MacInnes

Affiche: Buying Sex (2013)

Buying Sex (2013)

Chaque mois, Pleins feux met en lumière un membre de DOC de différentes régions du Canada. Teresa MacInnes, du chapitre DOC Atlantique est notre invitée de mai.

« Quand vous réalisez un film sur des gens qui sont considérés comme marginalisés ou qui ont subi un traumatisme, ils doivent faire partie de votre processus créatif. » Teresa MacInnes

Au début, ce sont une caméra empruntée et une passion pour la justice sociale qui ont involontairement amorcé la fructueuse carrière de la réputée documentariste Teresa MacInnes il y a plus de trente ans.

Elle a véritablement ressenti l’utilité d’avoir une caméra pendant qu’elle était à l’Université Simon Fraser à préparer sa thèse de premier cycle sur les thérapies d’entretien à la méthadone. À l’époque, ayant pour but de devenir psychologue, elle travaillait avec Bruce Alexander, psychologue et professeur émérite de Vancouver.

Au cours de sa participation à une campagne épistolaire, Teresa a mis en œuvre un projet vidéo aux côtés de quelqu’un du programme de méthadone qui souhaitait démontrer au gouvernement de la Colombie-Britannique à quel point ce programme pouvait aider les gens à se libérer de la dépendance aux opiacés. C’est dans ce contexte qu’elle rencontre Alex Mackintosh et collabore avec lui sur trois autres documents portant sur la justice sociale et qu’elle découvre l’industrie cinématographique. « J’ai vu comment, même à une petite échelle, un film pouvait contribuer à un changement social, » dit-elle.

Alliant le travail social et la réalisation dans un esprit de collaboration mutuelle, Teresa MacInnes a continué d’exercé dans les deux disciplines jusqu’en 1993 et la création avec Penny Wheelwright de sa société de production Starry Night Produtions à Vancouver. Plus tard, en Nouvelle-Écosse où elle réside toujours, elle fondera Sea to Sea Productions avec son mari Kent Nason.

Photo tiré de Mabel (2016)

Photo tirée de Mabel (2016)

L’œuvre de Teresa MacInnes, productrice indépendante et réalisatrice, comprend désormais des documentaires féministes et de justice sociale tels que Teen Rebel/Teen Mom (1994), The Other Side of the Picture (1998), Under Wraps (1996), Buying Sex (Sexe à vendre, 2013); Waging Peace (2001), Teaching Peace (2004) Learning Peace (2002), Teaching Peace in a Time of War (2004); The Nature of Things’ Lost (1999) et Trek of the Titans (2015), tout autant que des portraits intimistes comme Norm (2008) et Mabel (2016).

Affiche: Trek of the Titans (2014)
Trek of the Titans 2015)

La co-création de récits

Comment Teresa choisit-elle les histoires qu’elle nous raconte – ou bien est-ce que ce sont les histoires qui la choisissent ? Elle explique que « parfois c’est simple, quelqu’un a quelque chose à dire, une histoire à raconter. Souvent, c’est un ardent désir de faire vivre cette histoire parce que vous sentez qu’il est important de le partager. Les histoires se construisent d’un film à l’autre, et parfois, si vous restez dans le coin assez longtemps, de nouveaux projets viennent s’arrimer aux précédents », dit-elle, songeuse.

La collaboration des deux côtés de la caméra est la clé du travail de Teresa. C’est une évidence pour Conviction, le projet qu’elle produit actuellement en collaboration avec Anette Clarke de l’ONF et coréalisé par Nance Ackerman et Ariella Pahlke. Coproduit avec l’Office national du film du Canada et en association avec documentary Channel, Conviction imagine des alternatives à la prison avec des femmes qui en sont sorties et des personnes comme la sénatrice Kim Pate qui est aux avant-postes du decarceration movement, mouvement pour l’application de peines de substitution et la lutte contre la surpopulation des prisons.

« C’est bien davantage que de seulement montrer ces femmes et inclure leurs voix, » remarque Teresa. « La collaboration signifie leur permettre d’avoir une réelle influence sur le film en participant à sa fabrication du début à la fin. »

Le tournage et le montage de Conviction se poursuivent encore au cours de l’année qui vient mais Teresa poursuit son implication dans la défense de l’industrie du documentaire au Canada. Actuellement, elle siège aux conseils d’administration de DOC Atlantique, de Screen Nova Scotia et du festival Hot Docs.

En tant que membre de DOC et de Women in Film depuis ses débuts, Teresa MacInnes reconnaît « qu’il y a plusieurs combats qui ont été menés et dont j’ai bénéficié. Je veux faire la même chose pour les jeunes cinéastes. »

Entrevue avec Teresa MacInnes réalisée par Kim Morningstar, traduction Roger Bourdeau.

 

doc